International › APA

Cameroun : célébration des 47 ans de l’unité nationale sur fond de malaise

La célébration, lundi par le Cameroun, de la 47ème édition de la Fête de l’unité nationale placée sous le thème : «Unité dans la diversité, atout majeur du peuple camerounais dans sa marche résolue vers l’émergence», est marquée par un vent de malaise, consécutif à une crise armée née de revendications sécessionnistes dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.Après 21 mois d’un conflit ayant déjà fait près de 2000 morts, quelque 550.000 déplacés internes ainsi que des dizaines de milliers de réfugiés, le pouvoir de Yaoundé a, ces dernières semaines, laissé entrevoir un espoir de paix en évoquant un éventuel dialogue avec les séparatistes, à condition que ne soit pas évoquée la possible partition du pays.

 Ainsi, le Premier ministre Joseph Dion Ngute, lui-même natif du Sud-Ouest, envoyé spécial du président Paul Biya, a sillonné, pendant huit jours, les zones en conflit afin d’échanger avec toutes les couches sociales, aux fins d’établir les bases d’un dialogue que le régime veut inclusif.

Le chef du gouvernement n’a cependant, selon les informations rendus publiques par les médias, rencontré aucun leader sécessionniste ni aucun chef des sept milices luttant pour l’indépendance des régions anglophones lors de son passage dans les zones en conflit. Toutefois, il a rencontré toutes les forces vives locales.

 Ces multiples contacts sont par ailleurs intervenus à l’heure où le gouvernement, sous la pression et les menaces de sanctions de la communauté internationale, particulièrement des États-Unis, de la Grande Bretagne et de l’Union européenne, semble avoir jeté son dévolu sur la Chine et la Russie, qui le 13 mai dernier, à l’occasion d’une réunion informelle du Conseil de sécurité des Nations Unies, ont mis en garde contre toute ingérence étrangère dans la crise anglophone.

Pendant ce temps, Paul Biya a, depuis près d’un mois, multiplié les messages d’apaisement sur les réseaux sociaux à l’endroit de ses compatriotes à l’instar de celui diffusé sur Twitter à la veille de la Fête nationale : «Recherchons dans nos différences, ce qui peut nous enrichir mutuellement et nous unir davantage… Patriotisme, respect de l’autorité, attachement à la justice, ardeur au travail, vous devez préserver ces valeurs…»

 Les grandes inconnues, à propos du dialogue souhaité par le pouvoir avec la sécessionnistes anglophones, demeurent pour l’instant les interlocuteurs, la forme, la date, le lieu ainsi que les thématiques.

 La date du 20 mai, justement, matérialise la tenue du référendum ayant abouti à l’unification du pays jadis sous colonisation anglophone et francophone. Les sécessionnistes, mais aussi plusieurs élites du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, continuent de considérer cette consultation populaire comme un marché de dupes au détriment de la communauté anglophone.

Commentaire

Zapping CAN 2019
À LA UNE
Sondage

Le retour du president Ali Bongo vous satisfait-il ?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut