› Politique

Gabon: discours intégral du chef de l’Etat à la Nation

Vous trouverez ci-dessous,  le discours du président Ali Bongo du 31 décembre 2022.

 

 

Gabonaises, Gabonais,
Mes chers compatriotes,
S’il est un moment dans l’année que j’affectionne, c’est celui-ci.
Chaque 31 décembre m’offre l’opportunité de m’inviter chez
vous ; de vous retrouver ; de vous parler à cœur ouvert.
En ce jour très spécial, j’ai une pensée émue pour celles et ceux
qui souffrent. En particulier les enfants, les femmes victimes de
violences, les personnes âgées et isolées, ou encore celles et ceux
qui sont atteints par la maladie.
J’ai aussi une pensée toute particulière, pour ceux qui nous ont
quittés cette année et qui resteront gravés dans notre mémoire. Ce
soir, c’est à vos côtés que je me tiens.
Mes chers compatriotes,
Ce dernier jour de l’année est l’occasion de dresser le bilan de ce
qui a été accompli, tout en mettant le cap sur l’année à venir.
En 2022, le Gabon s’est redressé. Après deux années terribles,
marquées par la pandémie de Covid-19, notre pays s’est redressé
et a repris sa marche en avant.
Sur le plan économique, après la levée de toutes les contraintes
liées à la pandémie, l’activité économique a redémarré. Les
investisseurs ont fait leur retour. La croissance du Gabon a doublé
pour se situer aux alentours de 3 %, contre 1.5% en 2021.

Sur le plan social, pour contrer l’inflation et protéger en particulier
les plus défavorisés, nous avons multiplié les efforts.
Le prix de certaines denrées de première nécessité a été bloqué.
D’autres produits, indispensables eux aussi à la vie quotidienne,
ont été subventionnés. Et pour d’autres, l’Etat s’est privé d’une
trentaine de milliards de recettes et douanières afin d’en contrôler
le prix.

Dans cette même logique, j’ai maintenu la gratuité des transports,
dont le coût pour l’État est pratiquement de 13 milliards de francs
CFA. Cette mesure, vous l’avez plébiscitée.
Ainsi, d’avril 2020 à novembre 2022, en moyenne 30.000
personnes chaque jour, parmi lesquelles nos élèves, ont été
transportées gratuitement. Tous ces efforts, si colossaux soient-ils, s’imposaient Au nom de la solidarité nationale pour préserver
votre pouvoir d’achat et faciliter votre quotidien.
Toujours sur le plan social, 2022 a été marquée par la reprise en
main de la Caisse nationale de sécurité sociale. Afin de pérenniser
cette institution, garantir le paiement à bonne date, sans retard,
des pensions à nos aînés, j’ai ordonné que la CNSS, soit
profondément réformée pour être un symbole fort de cohésion
sociale. Aussi, un nouveau modèle de gestion paritaire intégrant l’État, les
employés et le patronat va-t-il voir le jour. Il a vocation à être
étendu à d’autres entités comme la CNAMGS ou les hôpitaux.

En matière de protection et de promotion des femmes, nos succès
sont évidents. Patents.
Des lois importantes ont été votées. Et au niveau politique, des
femmes ont accédé aux plus hautes fonctions. Elles sont
aujourd’hui, un modèle, une source d’inspiration, pour toutes nos
filles au Gabon.

Sur le plan territorial, des grands travaux ont été initiés, telle la
Transgabonaise qui sera l’une des plus longues routes terrestres
d’Afrique. Son impact positif, se fait déjà sentir en bien des
endroits.

Au niveau international, en cette année 2022, la position du
Gabon s’est encore renforcée. Dans la lutte contre le
réchauffement climatique, grâce à notre action de protection en
faveur de la forêt, le Gabon est considéré comme un pays leader.
La COP 27 qui s’est tenue en novembre en Egypte, l’a démontré,
de même que le Sommet Union Européenne – Afrique en février
ou le Sommet Etats-Unis – Afrique en ce mois de décembre.
Toujours sur le plan international, 2022 a été marquée par deux
événements historiques.

En juin dernier, notre pays a rejoint la grande famille anglophone
du Commonwealth. D’immenses opportunités s’offriront bientôt
à nous, mais surtout à nos enfants et nos petits-enfants. Et, en
octobre, pour la troisième fois de son Histoire, le Gabon a présidé
avec succès le prestigieux Conseil de sécurité des Nations Unies.
Démontrant à nouveau, au plus haut-niveau, qu’il est un partenaire
fiable, capable et responsable.

Gabonaises, Gabonais,
Mes chers compatriotes,
Si je prends soin d’évoquer toutes ces avancées, toutes ces
réussites, ce n’est pas pour m’en glorifier ou pour m’en satisfaire.
Bien au contraire.
Je souhaite aller plus loin, beaucoup plus loin.
Pour atteindre cet objectif, il est important de considérer, sans
détour ni complaisance mais en toute objectivité, les œuvres
réalisées et les acquis. Il est important de rappeler la réalité. Une
réalité incontestable. Pour mieux avancer. Si en 2022 le Gabon
s’est redressé, il consolidera sa transformation en 2023.
En intensifiant les réformes qui ont été menées et qui ont porté
leurs fruits. En mettant en œuvre de nouvelles mesures plus
ambitieuses, avec un plus fort impact sur la vie de nos
communautés. En matière d’éducation, en une trentaine de mois,
le nombre de classes a considérablement augmenté.
Pour la prochaine rentrée académique, plus de 23.000 nouvelles
places seront créées dans les établissements primaires. Et de
nouveaux établissements d’enseignement supérieur ouvriront
leurs portes : les écoles provinciales de formation et d’actions sanitaires et sociales de Mouila et Makokou ; l’Université des sciences et techniques de la santé d’Okala ; l’Université des sciences de l’éducation du Cap Estérias ; ou encore l’Université de Port-Gentil.

A la fin du premier trimestre 2023, une bibliothèque en ligne, riche
de plus de 80.000 ouvrages verra le jour. Elle sera accessible à tous
les étudiants et enseignants des universités publiques du Gabon.
La fourniture en eau et en électricité, importante pour la qualité
de vie au quotidien, s’est, elle aussi, améliorée durant ces dernières
années mais notre effort sur ce plan va être intensifié. En matière
de santé, nous continuerons, comme nous l’avons fait, à construire
ou réhabiliter des centres de santé. A améliorer la fourniture de médicaments.

La lutte contre la corruption, celle d’en haut comme celle d’en bas, que nous
menons avec succès depuis plusieurs années, sera intensifiée.
En effet, depuis 2019, celle-ci a permis à l’État gabonais de
préserver plus de 1.000 milliards de FCFA avec un impact direct
sur l’amélioration du quotidien des familles.
En matière sociale, en plus des 1.000 nouveaux retraités déjà
intégrés en novembre dernier dans nos fichiers, 5.000
supplémentaires le seront en 2023. Les arriérés de pensions de
retraite seront intégralement réglés dès ce mois de janvier.

De même, au cours du 1er semestre 2023, ceux des prestations
familiales parmi lesquels les indemnités journalières de maternité
qui se chiffrent à 2 milliards FCFA.

En matière d’environnement, les choses aussi vont évoluer. Notre
pays captera d’importants financements grâce à la certification de
ses crédits-carbone, le nouvel or vert.
Aussi, à partir de 2023, un pourcentage du montant de la vente
des crédits-carbone, l’argent que nous percevons en contrepartie
de la protection de la forêt, sera affecté directement à la lutte
contre le conflit Homme-Faune. Cet argent servira notamment à
approvisionner le fonds de compensation des victimes des
éléphants.
Dans les mois prochains, 1.500 compatriotes bénéficieront des
premières indemnisations. Toujours afin d’aider ces communautés
villageoises, après les 55.000 hectares de terre qui leur ont été
octroyés en 2022 pour qu’elles tirent profit de la forêt, 350.000
hectares supplémentaires leur seront réservés et distribués sous
forme de forêts communautaires.

En matière de développement économique, la Zone économique spéciale de Nkok est un succès. Elle a permis de créer près de 10.000 emplois, des centaines d’entreprises et d’attirer 1 235 milliards de francs CFA
d’investissements directs étrangers. Ce succès, nous allons
l’étendre dans d’autres provinces du Gabon.

Deux autres zones du même type seront bientôt opérationnelles :
à Ikolo dans le Moyen-Ogooué et à Mpassa-Lebombi dans le
Haut-Ogooué. S’y s’ajouteront cinq Zones agricoles à forte
productivité, les ZAP. Chaque fois, localement, ce sont des milliers d’emplois qui seront créés.

En matière d’infrastructures un programme d’une ampleur
inédite est en cours. Des kilomètres supplémentaires de routes seront construits.
Notamment des routes départementales, qui permettront de
désenclaver l’intérieur du Gabon.
Les aéroports provinciaux, comme celui d’Oyem, vont rouvrir
progressivement. Le projet de Belinga illustre la priorité donnée
au développement local. Encore en phase de démarrage, ce projet
industriel génère déjà près d’une centaine d’emplois directs.
Il créera 800 emplois supplémentaires d’ici le troisième trimestre
2023, auxquels viendront s’ajouter presqu’autant d’emplois
indirects. Tous ces projets participent d’une même et grande
politique: le « Gabon des territoires ».
Dans le cadre de cette politique, ce sont les populations qui,
localement, définissent leurs besoins, leurs priorités.

Pour l’incarner, j’ai décidé, dans un premier temps, d’allouer
chaque année une enveloppe de 2 milliards de francs CFA à
chacune des 9 provinces. Ces fonds serviront à financer des projets décidés localement qu’il s’agisse d’infrastructures, d’agriculture, de formation, de santé ou autres.
Ils seront gérés par les gouverneurs de province via des Conseils
provinciaux, dont les membres sont les Conseillers locaux. Cette
initiative a vocation, dans le temps, à être renforcée. Car tout ne
peut et ne doit être décidé, ni géré depuis Libreville. Une bonne
décision est une décision prise sur le terrain. C’est pourquoi je fais
confiance aux acteurs locaux.

Gabonaises, Gabonais,
Je n’ignore naturellement rien des importantes échéances
électorales qui nous attendent dans quelques mois. L’État prend
toutes les dispositions afin d’assurer leur meilleure organisation.
J’ai entendu l’appel de mes compatriotes, notamment des acteurs
politiques de la majorité et de l’opposition, demandant
l’organisation d’une rencontre pour définir ensemble les bases de
la préparation des scrutins au lendemain apaisé.

En tant que garant de la stabilité de notre pays, je peux vous
assurer que cette rencontre aura lieu dans les meilleurs délais. Mais
2023 ne doit pas être une année tronquée, escamotée.
Elle doit être en matière d’action publique, une année pleinement
utile. Et elle le sera. Comme vous pouvez le constater, ce n’est pas sur le frein, mais sur l’accélérateur que j’ai demandé au Gouvernement d’appuyer.

Mes chers compatriotes,
En 2022, le Gabon s’est redressé.
Il s’est relevé des conséquences de la pandémie de Covid-19.
Grâce à notre sens de l’anticipation et à nos décisions mais aussi
grâce à vos efforts et à votre adhésion. Il s’est transformé. Il a
progressé, parfois de manière spectaculaire, dans bon nombre de
domaines.
Nous ne devons pas minimiser les investissements multiformes
que nous avons consentis, tous ensemble, ni le courage que nous
avons tous manifesté par la prise de décisions audacieuses et leur
application.
En refusant de voir ces réalités indéniables, en tentant d’accréditer
l’idée qu’ils régleraient tous les problèmes en un coup de baguette
magique, certains de nos concitoyens ont choisi la voie du
populisme, le cancer de la démocratie.

En effet, à la différence du responsable politique qui cherche à
faire, le populiste, lui, cherche à plaire. Son arme : le
travestissement de la réalité, le mensonge.
Face à cette menace, qui ronge notre démocratie, et mine le débat
public, je voudrais vous inviter à faire preuve de maturité et de
responsabilité. A ne pas écouter ni les Cassandres qui vous disent
que rien ne marche, ni les Charlatans qui vous disent qu’avec eux
tout irait mieux.
Dans une démocratie, il est important que face à une majorité, il y
ait une opposition. Encore faut-il que cette opposition fasse
preuve de lucidité et d’objectivité. Ne l’oublions pas. Les graines
que nous avons semées à partir de 2009 et jusqu’à récemment dans
le cadre du P.A.T , n’ont pas fini de produire leurs effets.
L’industrie du bois, par exemple, s’est considérablement
développée en une décennie. Au point qu’aujourd’hui, le Gabon
en est un des leaders mondiaux. Cette dynamique ne doit pas être
interrompue. Elle doit être poursuivie, prolongée, amplifiée.
Nous avons tout en main pour y parvenir. Mais je sais que, pour
être efficace, une action doit s’inscrire dans la durée.

Gabonaises, Gabonais,
Cette dernière soirée de l’année 2022 est l’occasion de regarder
vers l’avant, de nous tourner vers l’avenir. Vers 2023.

Soyons optimistes. Confiants. Restons combattifs.
Cette année encore, nous aurons probablement des épreuves à
affronter mais nous les surmonterons. Ensemble. Tous ensemble.
Comme nous l’avons toujours fait.
De tout mon cœur, je vous souhaite, mes très chers compatriotes,
à chacune et à chacun, une bonne et heureuse année 2023.
Qu’elle vous apporte paix, bonheur, santé et prospérité, à vous et
à vos familles.

Que Dieu vous bénisse, que Dieu bénisse le Gabon.
Je vous remercie.


Commentaire

L’Info en continu
Bon plan
Publié le 22.04.2022

À la découverte des chutes de Kongou

Situées sur la rivière Ivindo en aval de la ville de Makokou, les chutes de Kongou s’étendent sur près d’un kilomètre de long et comportent…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal du Gabon et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut