› Economie

Gabon : le gouvernement augmente le budget 2022 à 3295,6 milliards de Fcfa

Le montant de la loi de finance 202 a été augmenté par le gouvernement,  au cours  du conseil des ministres qui a eu lieu mardi 7 juin 2002, à cause de la hausse du prix du baril de pétrole dans le marché.

 

 

3295,6 milliards de Fcfa c’est le nouveau montant de la loi de finance rectificative de 2022 au Gabon soit une hausse de  359 milliards par rapport au montant du budget initiale prévu au prix de 2936,6 milliards de Fcfa.  En effet, le communiqué du conseil des ministres détail que, le présent projet de loi de finances rectificative (PLFR) de l’année 2022 vise, à l’étape actuelle d’exécution de la loi de finance initiale (LFI), à prendre en compte, pour la suite, les facteurs conjoncturels tels que:

 

Le contexte économique, international fortement marqué par les effets du conflit russo-ukrainien, les engagements avec les partenaires techniques et financiers ainsi que la poursuite de la mise en œuvre du Plan d’Accélération de la Transformation (PAT) par le Gouvernement.

 

Ce budget a pour principaux axes entre autres, d’augmenter  la prise en charge de l’assurance maladie au profit des Gabonais Economiquement Faibles (GEF) ;  le soutien aux prix des carburants et de la farine ;

–   la poursuite des travaux de la Transgabonaise dans le cadre du PAT ;

–   la poursuite de la prise en charge des coûts de restructuration des entreprises et établissements publics.

Ainsi, les principales hypothèses sur lesquelles repose le cadrage macroéconomique et budgétaire sont arrêtées comme suit :

–    une production pétrolière de 10,7 millions de tonnes métriques, en recul de 2,1% par rapport à la loi de finances initiale ;

–  un prix du pétrole gabonais à 80 USD, en hausse de 33,3% par rapport à la loi de finances initiale 2022 ;

–  des exportations de manganèse de 9,70 millions de tonnes, en hausse de 4,9% par rapport à la loi de finances initiale ;

–  un prix moyen de vente de la tonne de manganèse à 143,7 USD, soit une hausse de 20,3% par rapport à la loi de finances initiale ;

–   un taux de change du dollar américain à 591,8 FCFA, en augmentation de 8,9% par rapport à la loi de finances initiale.

En tenant compte de l’ensemble des hypothèses arrêtées, le taux de croissance projeté est de 2,8%.

Le projet de budget de l’État est équilibré en Ressources et en Charges à 3295,6 milliards FCFA contre 2936,6 milliards FCFA, soit une hausse de 359 milliards de FCFA.

S’agissant des Ressources, les Recettes budgétaires seraient évaluées à 2239,4 milliards FCFA contre 1924,6 milliards FCFA arrêtés dans la loi de finances initiale, soit une hausse de 314,8 milliards FCFA, résultant essentiellement des revenus du secteur pétrolier.

Les recettes affectées aux collectivités locales, aux organismes internationaux et aux établissements publics s’élèvent globalement à 96,1 milliards FCFA, en hausse de 4,4 milliards FCFA.

Les Ressources de trésorerie et de financement se chiffreraient à 960,1 milliards FCFA contre 920,3 milliards FCFA arrêtées dans la loi de finances initiale, soit une hausse de 39,8 milliards FCFA, en lien avec les appuis budgétaires du FMI et de la BAD ainsi que l’émission de titres publics.

En ce qui concerne les Dépenses, les dépenses budgétaires (hors dépenses affectées aux tiers), sont évaluées 2102,2 milliards FCFA contre 1992,5 milliards FCFA dans la loi de finances initiale, soit une hausse de 109,7 milliards de FCFA.

Ces dépenses se répartissent ainsi qu’il suit :

–  les charges financières de la dette qui s’établissent à 330,1 milliards FCFA contre 316,9 milliards FCFA dans la loi de finances initiale, soit une hausse de 13,2 milliards FCFA ;

– les dépenses de fonctionnement qui se chiffreraient à 1247,2 milliards FCFA contre 1161,9 milliards FCFA dans la loi de finances initiale, soit une augmentation de 85,2 milliards FCFA ;

–   les dépenses d’investissement s’établissent à 325,7 milliards FCFA contre un niveau de 326,5 milliards FCFA adopté initialement, soit une diminution de 0,25% ;

–   les autres dépenses, portant notamment sur le contentieux de l’État et les plans sociaux, enregistreraient une hausse de 10,7 milliards FCFA par rapport à la loi de finances initiale pour s’établir à 47,2 milliards FCFA.

Les dépenses des comptes d’affectation spéciale et de commerce s’élèvent à 152 milliards FCFA contre 150,7 milliards FCFA, soit une augmentation de 1,3 milliard FCFA.

Concernant les dépenses liées aux collectivités locales, aux organismes internationaux et aux établissements publics, ceux-ci s’élèvent globalement à 96,1 milliards de FCFA, en hausse de 4,4 milliards FCFA.

Source : Communiqué du Conseil des ministres


Commentaire

L’Info en continu
  • Gabon
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 22.04.2022

À la découverte des chutes de Kongou

Situées sur la rivière Ivindo en aval de la ville de Makokou, les chutes de Kongou s’étendent sur près d’un kilomètre de long et comportent…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal du Gabon et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut