› Société

Allaitement maternel : Un droit pour les bébés

Le monde célèbre du 1er au 7 août, la semaine mondiale de l’allaitement maternel. Si l’idée est de soutenir, encourager et protéger l’allaitement maternel, cette année le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef) et l’Organisation mondiale de la santé (OMS) appellent les gouvernements à allouer plus de ressources à la protection, à la promotion et au soutien des politiques et des programmes en faveur de l’allaitement maternel. Les sages-femmes parlent d’un droit pour les bébés.

 

Depuis le 1er août, le monde commémore la semaine mondiale de l’allaitement maternel jusqu’au 7 août. L’idée est de soutenir, encourager et protéger l’allaitement maternel. À l’occasion de l’édition 2022 qui a pour thème «Go pour l’allaitement ! Éduquer, promouvoir, soutenir», le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef) et l’Organisation mondiale de la santé (OMS) appellent les gouvernements à allouer davantage de ressources à la protection, la promotion et au soutien des politiques et des programmes en faveur de l’allaitement maternel. «En particulier pour les familles les plus vulnérables vivant dans des contextes d’urgence», estiment les deux organisations.

Selon elles, le lait maternel est le premier vaccin des nourrissons tant il les protège des maladies infantiles courantes. «En raison du stress émotionnel, du manque d’espace et d’intimité et des mauvaises conditions d’assainissement auxquels sont confrontées les mères, de nombreux enfants sont privés des bienfaits de l’allaitement maternel qui leur permettraient de survivre», notent les deux organisations. Elles relèvent que moins de la moitié des nouveau-nés sont allaités au sein durant leur première heure de vie, ce qui les exposerait au risque de maladie et de décès. «Seuls 44 % des nourrissons sont exclusivement allaités au sein pendant les six premiers mois de leur vie», soulignent-elles.

Le lait maternel incontournable pour le nourrisson

Si elles assurent que ce chiffre est en deçà de l’objectif de 50% à l’horizon 2025 fixé par l’Assemblée mondiale de la Santé, au Gabon les sages-femmes notent beaucoup de résistances chez les accouchées. «Certaines jeunes mères refusent catégoriquement de donner le sein à leurs bébés, alors que l’allaitement maternel est un droit de l’enfant. L’enfant a le droit d’être allaité par sa mère lorsque celle-ci ne présente aucun inconvénient», a déclaré l’une d’entre elles. Pour l’Unicef et l’OMS, il est important de protéger, promouvoir et soutenir l’allaitement maternel «en tant que système alimentaire durable et naturel par excellence».

Elles recommandent entre autres, d’investir en priorité dans les politiques et les programmes favorisant l’allaitement maternel ; protéger les personnes s’occupant d’enfants et les professionnels de santé des techniques d’influence marketing peu scrupuleuses employées par le secteur des préparations pour nourrissons en adoptant et en mettant pleinement en œuvre le Code international de commercialisation des substituts du lait maternel ; mettre en œuvre des politiques favorables à la famille qui permettent aux mères de disposer du temps, de l’espace et du soutien dont elles ont besoin pour allaiter.

Source: Gabon Review


Commentaire

Bon plan
Publié le 22.04.2022

À la découverte des chutes de Kongou

Situées sur la rivière Ivindo en aval de la ville de Makokou, les chutes de Kongou s’étendent sur près d’un kilomètre de long et comportent…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal du Gabon et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut