Société › Education

Education: Les nouveaux chefs d’établissement dénoncent un vice de forme

De nouveaux chefs d’établissement ont été installés ce 08 octobre 2019 à Libreville, malgré que ceux-ci dénoncent un vice de forme.

Nommés le 30 septembre, les nouveaux responsables d’établissements et divisions administratives de la province de l’Estuaire ont officiellement été installés, le 8 octobre à Libreville. Fait inédit, la Direction d’académie de l’Estuaire (Dape) a opté pour une installation groupée et non individuel, pour accéléré le processus à cause du retard accusé dans la rentrée des classes.

Selon les textes de la Fonction publique, a récemment rappelé le secrétaire général du Syndicat de l’éducation nationale (Sena), Fridolin Mve Messa, pour être nommé principal ou proviseur il faut être un enseignant de catégorie A tandis que pour être directeur d’école, il faut être fonctionnaire de catégorie B1. Or, a-t-il affirmé, ce n’est pas le cas. «Un instituteur ne peut pas être porté à la tête d’un établissement secondaire parce que son grade ne le lui permet pas» a-t-il dit, se référent à l’institutrice promue proviseure. De même, il a assuré que le document qui entérine ces nominations «n’est pas juridique». «La seule personne qui est habilitée à nommer des fonctionnaires à des postes de responsabilité, c’est le chef de l’Etat par l’entremise d’un décret», a soutenu le syndicaliste.

Censée avoir lieu depuis le 30 septembre, la rentrée des classes pour l’année scolaire 2019-2020 n’est pas encore effective dans plusieurs établissements publics. Les responsables d’établissements sortants ont demandé aux élèves d’attendre l’installation de leurs successeurs.

Source: Gabon Review




Commentaire

À LA UNE
Sondage

Le retour du president Ali Bongo vous satisfait-il ?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut