International › APA

Éthiopie : l’Onu alarmée par les atrocités contre des civils

L’Organisation des Nations Unies invite le monde à ne pas détourner le regard sur la situation en Éthiopie où les populations sont prises entre deux feux.En Éthiopie, les civils payent un lourd tribut à l’insécurité qui règne dans plusieurs régions du pays. La Commission d’enquête de l’Organisation des nations unies (Onu), dans une note rendue publique ce jeudi, se fait l’écho de violations présumées du droit international des droits de l’Homme, du droit humanitaire et du droit des réfugiés.

« Il y a un peu plus d’une semaine, la Commission a reçu des informations faisant état de la mort de 200 à 500 civils lors d’un massacre présumé dans l’Oromia occidental sur lequel nous enquêtons », a déclaré devant le Conseil des droits de l’Homme de l’Onu, la présidente de la Commission, Kaari Betty Murungi.

Selon les enquêteurs onusiens, la propagation de la violence est alimentée par des discours de haine ethnique et sexiste qui sont un signe avant-coureur de nouveaux crimes atroces contre des civils innocents, en particulier des femmes et des enfants.

Sur le terrain, notent les Nations Unies, l’extension du conflit aggrave la crise humanitaire en Éthiopie et plus globalement dans la région. La poursuite des violences et les restrictions imposées par les différentes parties ont entraîné une crise humanitaire complexe. Celle-ci, associée à la sécheresse, a exacerbé la misère de millions d’Éthiopiens et poussé des dizaines de milliers d’autres à fuir vers les pays voisins.

« Ces événements et la crise humanitaire prolongée, y compris les blocages de l’aide alimentaire et médicale, des fournitures et des services, font courir un risque grave à la population civile éthiopienne et à la région », a affirmé la présidente de la Commission. Elle a par ailleurs indiqué que les obstructions à l’aide humanitaire « peuvent constituer des crimes graves ».

Enfin, la Commission demande instamment au gouvernement éthiopien de poursuivre les responsables de ces violations en vertu du droit international parce que « les survivants et les victimes réclament justice ».


Commentaire

Bon plan
Publié le 22.04.2022

À la découverte des chutes de Kongou

Situées sur la rivière Ivindo en aval de la ville de Makokou, les chutes de Kongou s’étendent sur près d’un kilomètre de long et comportent…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal du Gabon et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut