› Société

Gabon Télévisions: Les syndicats suspendent la grève pour Sylvain Abessolo

Les syndicats de l’audiovisuel ont décidé de donner du temps au nouveau directeur général, pour mettre en place des négociations liées à leur revendications. C’était ce 10 octobre dernier, à la suite de l’installation de Sylvain Abessolo.

A la sortie du conseil des ministres du 02 octobre dernier, le journaliste Sylvain Abessolo se retrouve à la tête de Gabon télévisions. Après son installation ce 10 octobre, il a tôt fait de partager sa nouvelle vision: « Mon objectif (est de) ramener le téléspectateur-contribuable vers les chaînes de télévision du service public. Le challenge est énorme : faire preuve d’imagination créatrice et de prospective », a clamé Sylvain Abessolo dans un post sur sa page Facebook. Le nouveau directeur général de Gabon Télévisions souhaite ainsi redorer l’image du service public audiovisuel pour mieux attirer les téléspectateurs.

Pour cela, il a d’ailleurs déjà annoncé un renouveau de l’identité visuelle des médias: « Comment améliorer l’aspect graphique, c’est à dire l’habillage de notre télévision publique gabonaise ? (jingles, incrustations etc). C’est aussi un aspect non négligeable de la lisibilité de Gabon Télévisions. Un facteur d’audience. Nous envisageons dans les prochains mois lancer une vaste opération d’adhésion à ce projet à l’intention des artistes, graphistes, réalisateurs ou concepteurs de contenus multimédias. Notre stratégie : renforcer notre identité visuelle et symboliser notre positionnement ».

Mais au delà de ces promesses, les syndicats en grève depuis déjà une semaine, ont suspendu leur mot d’ordre, pour permettre au nouveau directeur de construire une base de négociations. Le Syndicat national des professionnels de l’audiovisuel public (Synapap) et le syndicat des professionnels de la communication (Syprocom) souhaitent avoir des débats transparents et laisse Sylvains Abessolo préparer ceux-ci avec quiétude.

Les revendications restent entières et s’articulent principalement autour de la Redevance audiovisuelle et cinématographique (Rac). Selon Aminata Ondo, cette Rac qui s’élève à «150 millions de francs CFA par mois», devrait permettre de booster la télévision et la radio. Jusqu’ici cette ressource n’a jamais engraissé ni Gabon 1ère ni Radio Gabon.

Les syndicalistes attendent désormais la mise en place d’une commission de clarification composée des responsables des maisons de distributions des chaines qui prélèvent chaque mois à leurs abonnées la somme de 500 francs CFA pour la Rac, le Trésor public, le ministère de la Communication, les directeurs et PCA du groupe Gabon télévisions ainsi que les syndicalistes.




Commentaire

À LA UNE
Sondage

Le retour du president Ali Bongo vous satisfait-il ?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut