International › APA

La religion doit être un rempart contre l’extrémisme (MAE marocain)

Pour le Maroc, la religion doit être un rempart contre l’extrémisme, à travers la diplomatie cultuelle du Royaume en Afrique, a souligné, vendredi à Tanger, le ministre des Affaires étrangères, Nasser Bourita. »Pour le Maroc, pays de la Commanderie des croyants, la religion doit être un rempart contre l’extrémisme et non son prétexte. C’est cela que prône SM le Roi, à travers la diplomatie cultuelle du Royaume en Afrique », a affirmé le ministre , qui s’exprimait à l’ouverture de la Conférence internationale « Dialogue de Tanger », notant que la Fondation Mohammed VI des Oulémas africains et l’Institut Mohammed VI de formation des Imams, Mourchidines et Mourchidates sont là précisément pour contrer le radicalisme qui sévit aux portes de l’Afrique et promouvoir un Islam de la modération et du juste milieu.

Le ministre a fait savoir que la religion trouve son expression la plus éloquente dans l’appel d’Al Qods, dans lequel le Souverain marocain et le Pape François, ont appelé à « préserver la Ville sainte de Jérusalem/ Al Qods Acharif comme patrimoine commun de l’humanité et, par-dessus tout pour les fidèles des trois religions monothéistes, comme lieu de rencontre et symbole de coexistence pacifique, où se cultivent le respect réciproque et le dialogue ».

« A quelques exceptions près, la relation entre l’Occident et le monde musulman n’a pas toujours été totalement harmonieuse. C’est là peut-être une évidence historique, mais pas une fatalité », a-t-il relevé, ajoutant « nous devons réinitialiser les relations entre l’Occident et les pays musulmans ».

Le ministre a, à cet égard, assuré que le Maroc apporte la démonstration que le monde musulman n’est pas un fardeau pour l’Ouest; bien au contraire, un pays qui apporte des réponses nationales à des problématiques globales pressentes, et qui contribue de manière active aux débats et aux actions autour de ces problématiques.

« Il est d’ailleurs un allié central dans la lutte contre le terrorisme, un partenaire crédible contre les changements climatiques, et un acteur responsable de la gestion de la migration », a-t-il noté, ajoutant « ce sont précisément nos complémentarités qui nous permettent d’appréhender une diplomatie des Lumières en action ».

Le ministre a, en outre, indiqué que le monde gagne à avancer vers la « co-connaissance », soulignant la nécessité de cesser d’essentialiser les religions, et en particulier la religion musulmane et ses croyants, pour aller vers cette co-connaissance.

Après avoir fait savoir que le projet Aladdin est une utilité forte, dont l’une des expressions est l’organisation de ce genre de réunion, mais son action va au-delà, et son impact peut aussi être plus profond, M. Bourita a assuré que l’engagement du Maroc aux côtés de ce Projet est un engagement de la première heure, saluant, à cet égard, l’engagement discret mais efficace de M. André Azoulay, Conseiller du Roi.

« L’Alliance est nécessaire, aujourd’hui plus que jamais, à un moment si particulier de l’histoire, où les certitudes bougent, où la géopolitique se réécrit, et où les causes à l’origine même de la création de l’Alliance connaissent une résurgence sans précèdent », a-t-il dit, soulignant que le Maroc compte abriter cette année le 9ème Forum de l’Alliance, pour la première fois en Afrique.

Le ministre a indiqué que les échanges, comme ceux qu’abritera le Dialogue de Tanger, sont essentiels, car le monde a toujours besoin de réflexion libre, dépassionnée « out of the box » and « out of the block », d’une approche décomplexée des sujets complexes, ainsi que de tolérance intellectuelle et de diversité de perspectives.

Il a relevé que le Dialogue de Tanger peut marquer sa spécificité et faire la différence, en transcendant le brainstorming vers une prise en charge active des sujets discutés, ainsi qu’en pérennisant et en élargissant la réflexion, soulignant que le « Dialogue de Tanger » doit devenir une tradition – un rendez-vous régulier, et rester créatif, jamais redondant; audacieux, jamais suiviste.

« Le contexte actuel rend pertinent un tel exercice », a-t-il noté, relevant que la pandémie a été un puissant révélateur de l’état profond de la société internationale.


Commentaire

Bon plan
Publié le 22.04.2022

À la découverte des chutes de Kongou

Situées sur la rivière Ivindo en aval de la ville de Makokou, les chutes de Kongou s’étendent sur près d’un kilomètre de long et comportent…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal du Gabon et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut