Société › Faits divers

Léconi : une journée ville morte décrétée contre les crimes rituels

La population de Léconi ne compte pas s’arrêter face aux crimes rituels.  Lancé il y a environ un mois, suite à la disparition d’un septuagénaire, nommé Rigobert  Kaloulou,  le mouvement d’humeur se poursuit, ce mercredi 31 juillet, par une journée ville morte.

Les populations de Léconi protestent encore et encore. Depuis près d’un mois, ils sont en guerre contre les crimes rituels à travers un mouvement baptisé «trop c’est trop, ça suffit». Le dernier crime en date c’est la mort d’un enseignant retraité et ancien surveillant au Collège d’Enseignement secondaire (CES) de Léconi, Rigobert Kaloulou, affectueusement appelé par ses proches ‘’Ngambou’’.

Cette situation d’enlèvement et des disparitions d’individus, qui selon eux, date d’environ une trentaine d’année, crée une psychose chez populations. Celle-ci perturbe la paix sociale, le vivre ensemble et, les empêche de vaquer à leurs travaux champêtres, ont-ils déclaré.

Le collectif du mouvement «trop c’est trop» qui dit défendre les valeurs du peuple de Léconi, ne compte fléchir, que lorsque le corps de la victime sera retrouvé et que les coupables seront transférés en prison conformément au code pénal en République Gabonaise.

Pour rappel, la disparition de Rigobert Kaloulou a été constatée, le 5 juillet 2019 à Léconi, par ses proches. Ces derniers ont alerté la Bride de Gendarmerie de la localité pour d’éventuelle recherche, mais sans succès jusqu’à présent.

Des enquêtes menées par les Officiers de police judiciaires (OPJ), ont tout de même abouti à l’arrestation de 5 suspects dont l’un d’entre eux, Jean Claude Mbayi, aurait trouvé la mort, selon des sources concordantes, dans la cellule de détention de la direction générale de recherche (DGR).
Les quatre autres : Gildas Ngoyi, Solem Ontsounou, Guy et un autre connu sous le pseudonyme de ‘’Marabout’’, ont été déférés, le lundi 29 juillet à la prison de Yéné à Franceville, après être entendu par le parquet.

Selon des sources bien au fait de la situation, des incohérences aurait été décelées dans leurs témoignages. Certaines sources témoignent qu’un liquide rougeâtre aurait été retrouvé dans le véhicule que conduisait Gildas Ngoyi, puis mis à la disposition du Centre international médical de Franceville (CIRMF) pour analyse. Toutefois, les résultats tardent à tomber, à cause du manque des réactifs, a-t-on appris.

Les présumés criminels, pour leur part, sont toujours en détention, en attendant d’être présentés devant les juges. Les populations, qui pointent du doigt les politiques, comme véritables instigateurs des disparitions à Léconi, sont impatientes de voir la justice agir.

Source : AGP


Commentaire

L’Info en continu
  • Gabon
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 14.08.2020

Gabon : le parc de Lekoni

Itinéraire dans le sud-est du Gabon, dans la province du Haut-Ogooué à la frontière de la république du Congo. Venez découvrir ses plateaux à perte…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal du Gabon et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut