International › APA

Mali : la Cedeao n’écarte pas une levée progressive des sanctions

La Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) envisage cette hypothèse au Mali, si un compromis est rapidement trouvé sur la durée de la transition.Dans un ultime effort, le président de la transition malienne Assimi Goïta a accepté une transition de 24 mois lors du sommet extraordinaire de la Cedeao qui s’est tenu le vendredi 25 mars 2022 à Accra au Ghana. Le chef de l’Etat malien a « déploré » le fait que cette proposition révisée et relative aux réformes politiques et institutionnelles ne soit pas acceptée par l’organisation ouest-africaine.

Si un non ferme n’est pas servi aux autorités de la transition malienne, l’organisation régionale penche pour une transition « complémentaire de 12 à 16 mois » en plus des deux ans déjà écoulés. Les positions se rapprochent puisque la junte malienne avait dans un premier temps proposé une durée de transition de 36 mois puis de 29 mois, toutes rejetées par la Cedeao.

Si l’embargo décrété le 9 janvier contre le Mali est toujours maintenu, la Conférence des chefs d’Etat ouvre la porte au dialogue pour parvenir rapidement à un accord. A ce titre, elle va de nouveau envoyer son émissaire, l’ancien président de la République du Nigeria Goodluck Jonathan, pour « finaliser les discussions avec les autorités de la Transition sur le chronogramme ». Si les deux parties arrivent à s’entendre sur la durée de la transition, ce qui n’est pas plus impossible, une levée des sanctions sera rapidement décidée. 

La Conférence a regretté toutefois l’indisponibilité du président de la transition malienne à honorer en personne l’invitation qui lui a été faite de participer au sommet en vue de trouver une solution à la situation actuelle du Mali. Une décision moyennement appréciée par la Cedeao qui a transformé son conclave des des chefs d’Etat à huis clos, écartant de facto toute participation de la délégation malienne conduite par Abdoulaye Diop.

Par ailleurs, la Cour de justice de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) a ordonné la veille de ce sommet du sommet extraordinaire de la Cedeao, la suspension de sanctions prises en janvier contre le Mali, au motif que ces sanctions risquent d’entraîner « des conséquences difficilement réparables au regard de l’impact social, économique et financier. »


Commentaire

L’Info en continu
Bon plan
Publié le 22.04.2022

À la découverte des chutes de Kongou

Situées sur la rivière Ivindo en aval de la ville de Makokou, les chutes de Kongou s’étendent sur près d’un kilomètre de long et comportent…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal du Gabon et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut