Eco et Business › Agro-industrie

Manganèse : Nouvelle Gabon Mining et le gouvernement se sont convenus pour l’exploration pour une exploitation commune

Avec un potentiel estimé à 2 millions de tonnes de manganèse par an, le gisement d’Okondja, dont l’exploitation est annoncée depuis, a fait l’objet, vendredi 3 janvier, de la signature d’une convention d’exploitation et de partage de production (CEPP) entre l’État gabonais et la compagnie minière Nouvelle Gabon Mining (NGM).

Déjà impliquée dans l’extraction d’un gisement de manganèse dans la région de Franceville, dans la province du Haut-Ogooué, la Nouvelle Gabon Mining (NGM) devrait voir ses chiffres gonfler dans les mois qui viennent, grâce notamment au gisement d’Okondja, dont l’exploitation était censée démarrer depuis janvier 2019. Convaincue par le nouveau Code minier jugé plus attractif, la compagnie minière a signé, vendredi, un Contrat d’exploitation et de partage de production l’État gabonais représenté par le ministre des Mines Vincent de Paul Massassa et son collègue de l’Economie Jean Marie Ogandaga. Le potentiel de ce gisement est estimé à plus de 2 millions de tonnes de manganèse par an.

Si pour le ministre des Mines, «cette convention illustre une parfaite mise en œuvre de la vision du chef de l’État» en matière d’exploitation minière, pour son collègue de l’Économie, le choix exprimé par la Nouvelle Gabon Mining démontre l’expertise des opérateurs nationaux du secteur. Les deux membres du gouvernement ont par ailleurs assuré le partenaire indien des différents avantages réservés par la partie gabonaise dans le cadre ce nouveau contrat.

Avec une Redevance minière proportionnelle (RMP) qui, conformément au nouveau Code minier, passe de 5 à 10%, l’État gabonais entend lui aussi tirer pleinement avantage de cette convention. L’argent issu de la RMP devrait donc bénéficier aux populations locales. Une annonce qui n’a pas manqué de réjouir Jean-Boniface Koubangoye, député du 3e siège de la Sébé-Brikolo, pour qui l’exploitation du gisement d’Okondja par la NGM aura des retombées positives pour la localité et ses habitants. L’élu espère en effet que la société embauche les fils et filles de la contrée.

Avec l’exploitation du gisement d’Okondja, les autorités gabonaises tablent sur la création de 350 emplois directs et jusqu’à 400 emplois indirects. Cette mine, soulignait déjà l’ancien ministre Christian Magnagna, en décembre 2018, «intègre la concession minière dénommée “Manganèse de Franceville” d’une durée de 25 ans renouvelable et s’étend sur une superficie de 835 km2. Elle comprend 14 plateaux, dont Biniomi et Bordeaux, les plus connus avec des réserves “Jorc” estimées à 33 millions de tonnes de minerai».

Source: gabonreview

 


Commentaire

L’Info en continu
  • Gabon
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 14.08.2020

Gabon : le parc de Lekoni

Itinéraire dans le sud-est du Gabon, dans la province du Haut-Ogooué à la frontière de la république du Congo. Venez découvrir ses plateaux à perte…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal du Gabon et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut