International › APA

Divers sujets à la Une des quotidiens marocains

La question de l’accès au logement, les enjeux de la mise en place d’un manuel de procédure relatif à la Charte de l’investissement et l’occupation du domaine public sont les principaux sujets traités par les quotidiens marocains parus ce mercredi.+L’Opinion+, qui aborde l’accès au logement, écrit que depuis le début des années 2000, plusieurs stratégies, qui consistaient principalement en des avantages fiscaux octroyés aux promoteurs immobiliers, ont été mises en place pour encourager l’accès au logement, mais que la qualité de ces logements, construits à la va-vite et vendus entre 140.000 et 250.000 dirhams, laissait souvent à désirer.

Implantés dans la périphérie des grandes villes, la majorité de ces projets immobiliers cumulait les problèmes de transport, le manque de sécurité, la rareté des espaces verts et, surtout, l’absence totale de toute vision sociale et d’infrastructures culturelles qui garantissent un minimum de décence en matière de cadre et de qualité de vie, déplore le quotidien.

Résultat : des promoteurs se sont enrichis sur la construction à la chaîne de logements sociaux, faisant passer les besoins des citoyens au second plan et créant au passage des ghettos invivables, véritables poudrières sociales qui menacent à tout moment ruine et chaos social, relève-t-il.

Durant toutes ces années, l’approche de l’Etat consistait à encourager l’offre, oubliant que l’objectif principal d’un promoteur immobilier est de maximiser son profit, et non la qualité de son produit, note-t-il, appelant à recentrer désormais la stratégie de l’Etat sur ceux qui sont en marge du marché du logement, notamment les couches défavorisées, les jeunes qui débutent leur vie professionnelle, les personnes qui n’ont pas de revenu stable pour contracter un crédit immobilier et même les familles à revenus modestes de la classe moyenne.

+Aujourd’hui Le Maroc+, qui s’attarde sur le manuel de procédure que l’administration prépare pour permettre un déploiement correct de la future Charte de l’investissement, estime que cette démarche est « louable » dans le sens où elle est censée tracer le cadre précis et détaillé auquel devront répondre les responsables publics et les différentes instances et les acteurs qui seront impliqués dans ce grand chantier.

Un manuel unique a pour premier avantage d’apporter une uniformité dans les procédures et donc gage d’équité à travers un traitement égal à situations égales.

Sans une telle uniformisation des process, la porte serait d’emblée ouverte à la discrétion de l’acteur humain avec toutes les imperfections et inconvénients que cela suppose, estime la publication.

Un manuel de procédures est également le meilleur moyen de s’assurer de la traçabilité et de la continuité des process qui seront ainsi consignés et donc facilement applicables par tout responsable public, estime-t-il.

Enfin, un des bienfaits majeurs d’un tel manuel est d’installer la confiance et la transparence avec la communauté des investisseurs en leur expliquant dans le détail qui fait quoi et comment, ce à quoi ils peuvent prétendre légalement ainsi que leurs obligations. Encourager l’acte d’investir devait bien commencer par là, ajoute-t-il.

+L’Economiste+, qui revient sur l’occupation du domaine public, écrit que les autorités ont décidé de traquer les contrevenants, et appliquent désormais les règles stricto sensu, avec des majorations à faire sortir de leurs gonds les plus pacifistes des restaurateurs, à Rabat.

A la base, un nouvel arrêté fiscal, venu changer un texte vieux de plus d’un siècle, a notamment dépoussiéré certaines dispositions et ajouté d’autres ayant attrait à l’impact environnemental, la durée de la location, les redevances à payer et leur rééchelonnement, tout en précisant les amendes et peines encourues en cas de non-respect de toutes ces nouvelles règles, explique le journal.

Sauf qu’avant de serrer la vis, “il faut d’abord balayer devant chez soi” et “surtout appliquer la loi à tous sans exception”, estime-t-il.

Car “quand on voit l’anarchie qui règne encore dans le domaine public, les étals, les marchands ambulants qui squattent des trottoirs crevés, des fils électriques qui dépassent de partout et des bouches d’égout mal fermées, on se demande bien pourquoi certains paieraient ‘plein pot’ et d’autres continueraient à en jouir sans être inquiétés’, fait-il remarquer.


Commentaire

L’Info en continu
Bon plan
Publié le 22.04.2022

À la découverte des chutes de Kongou

Situées sur la rivière Ivindo en aval de la ville de Makokou, les chutes de Kongou s’étendent sur près d’un kilomètre de long et comportent…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal du Gabon et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut