International › APA

Mali-Cédéao : l’heure du dégel a-t-elle sonné ?

Un Sommet extraordinaire de la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) est convoqué ce week-end au Ghana.Samedi 4 juin, les dirigeants ouest-africains se réunissent à Accra pour discuter de la situation politique au Mali, en Guinée et au Burkina. Trois pays sous sanctions de la communauté internationale depuis que des militaires y ont pris le pouvoir en 2020, 2021 et 2022.

Cette rencontre fait suite à plusieurs autres qui n’ont pas, à ce jour, permis de dépasser les malentendus entre les différentes juntes et l’organisation régionale. Une attention particulière sera accordée au cas malien.

Dans ce pays, les militaires ont commis un coup d’Etat en août 2020, renversé le gouvernement de transition neuf mois plus tard et se sont mis à dos la communauté internationale en se montrant peu pressés de retourner dans les casernes.

Initialement favorable à une transmission du pouvoir aux civils au plus tard le 27 février 2022, les autorités de transition ont revu leurs plans en proposant un organigramme étalé sur 5 ans. Elles s’appuient sur la nécessité de réformes institutionnelles et l’impératif de restaurer la sécurité fragilisée par l’activité de groupes jihadistes. Cette décision unilatérale a obligé la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) à prendre des mesures contraignantes.

Le 9 janvier dernier, elle a prononcé des sanctions économiques et financières contre le Mali. Un embargo vivement dénoncé par Bamako qui y voit la main d’un « Etat extrarégional ». Allusion faite à la France avec laquelle les autorités de transition sont en conflit suite à la décision d’Emmanuel Macron de réarticuler l’opération Barkhane ayant pris le relais de Serval en 2014 au Mali.

L’isolement de ce pays dépourvu de façade maritime, censé s’inscrire dans un court délai, s’est éternisé. Du coup, cette nation a été plongée dans une situation économique difficile ouvrant la perspective à des pourparlers qui devaient aboutir le 25 mars à une issue heureuse.

A cet effet, le président de la transition, le Colonel Assimi Goïta, a été invité par la Commission de la Cédéao à prendre part au sommet extraordinaire de la Conférence des chefs d’Etat.

La veille de cette rencontre, Macky Sall, président en exercice de l’Union Africaine (UA), faisait part de son entretien téléphonique avec le Colonel Assimi Goïta et se déclarait favorable à une « solution négociée ».

Attendu dans la capitale ghanéenne, l’officier qui préside aux destinées du Mali depuis le deuxième coup d’Etat du 24 mai a proposé à ses « pairs » de se joindre à eux par visioconférence. Un format qui n’a pas convenu à l’instance suprême de la Cédéao.

Celle-ci s’est aussi opposée à ce qu’Abdoulaye Diop, ministre malien des Affaires étrangères, conduise la délégation de son pays.

Ces faits ont douché les espoirs d’un retour à la normale. A l’issue de leur huis clos, les chefs d’Etat ont maintenu les sanctions contre le Mali. Retour à la case départ. Pour autant, le fil du dialogue n’a jamais été rompu.

Après l’échec de la médiation d’Alger, les autorités maliennes se sont adressées à Lomé pour une mission de facilitation portant sur la durée de la transition vue comme la pomme de discorde entre Bamako et la Cédéao.

Le Mali s’accroche à 24 mois alors que l’organisation régionale exige une transition allant de 16 à 18 mois. Cette mission a-t-elle porté ses fruits ? Tout indique que des points de convergence ont été trouvés entre les deux parties et l’on pourrait se diriger ce samedi vers au moins une levée partielle des sanctions.

Alioune Tine n’espère pas moins. Contacté par APA, l’expert indépendant des Nations Unies pour le Mali révèle qu’ « il y a eu des négociations qui ont permis de ramener la durée à 24 mois ».

Dans un entretien avec Jeune Afrique, Macky Sall met en avant les souffrances du peuple malien pour justifier un « accord sur une échéance comprise entre 16 et 24 mois ».

Est-ce dans cet esprit qu’un sommet extraordinaire de la conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa) a été convoqué le même jour à Accra ?

C’est une probabilité même si dans le communiqué annonçant la session extraordinaire de la Conférence des chefs d’Etat de l’Uemoa, il est juste mentionné qu’ « elle sera consacrée à la situation socio-politique dans l’espace communautaire et aux questions relatives aux institutions de l’Union ».


Commentaire

Bon plan
Publié le 22.04.2022

À la découverte des chutes de Kongou

Situées sur la rivière Ivindo en aval de la ville de Makokou, les chutes de Kongou s’étendent sur près d’un kilomètre de long et comportent…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal du Gabon et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut