International › APA

Environnement et économie au menu des hebdomadaires marocains

Les enjeux environnementaux du Maroc, les défis conjoncturels de l’exécutif et les conséquences socio-économiques de la fermeture des frontières, sont les principaux sujets traités par les hebdomadaires marocains parus ce samedi.Ainsi, +La Vie Éco+, qui s’attarde sur la montée des préoccupations d’ordre environnemental et écologique, écrit que toutes les tendances qui annoncent le visage futur de l’économie mondiale à savoir, les énergies renouvelables, l’hydrogène, l’économie verte et circulaire, les modes de production propres…sont bien présentes au Maroc.

Le Royaume a pendant longtemps bâti son attractivité sur des éléments tels que la compétitivité de ses coûts de production en plus aussi, depuis quelques années, des paramètres infrastructures, connectivité et de la qualité des compétences, explique la publication, soulignant que ces facteurs sont toujours aussi nécessaires mais désormais insuffisants.

Ainsi, l’économie, les entreprises, ainsi que les responsables des politiques publiques vont devoir opérer une énième révolution pour s’aligner sur ce que seront, dans très peu de temps, les nouveaux standards de la compétition mondiale, estime-il, notant que cette compétition se fera aussi par l’accès aux fonds disponibles et prêts à s’investir massivement dans la nouvelle économie.

De son côté, +Challenge+, écrit que l’exécutif s’était engagé sur des réformes structurelles, de investissement public, l’Etat-social, mais aussi la croissance, les projets structurants, mais face notamment à la pandémie de Covid qui continue de faire des siennes, et la réponse sanitaire indiscutablement coûteuse sur les plans socio-économiques, le climat défavorable et l’année de sécheresse, le pays a de réelles urgences dont la gestion ne peut s’inscrire dans la durée. Cela coûte de l’argent, énormément d’argent.

“L’exécutif a des visions stratégiques que l’on peut ne pas partager, mais, son projet est lourdement percuté par une conjoncture qu’il subit, sans véritable responsabilité que celle de gérer les aléas”, estime-il, précisant que si les taux d’endettement augmentent, ce qui est probable dans les prochains mois, le service de la dette sera ultra-préoccupant.

L’exécutif a besoin de réviser sa copie. ‘’On va gérer la conjoncture et on va tenir nos engagements », n’est pas rationnellement tenable, souligne-t-il, relevant que face aux orages à venir, il faut sélectionner les investissements publics, en privilégiant les plus structurants et éviter un endettement impossible à supporter est désormais un objectif.

+Finances News hebdo+, qui revient sur les conséquences économiques et sociales de la fermeture des frontières, écrit que le secteur touristique en particulier est très sinistré.

Les opérateurs de cet écosystème sont asphyxiés financièrement et économiquement après deux ans de pandémie et la multiplication des restrictions, et ce malgré 2 milliards DH posés sur la table par le ministère de tutelle tout récemment, explique le journal, ajoutant que leur seule exigence du moment : rouvrir les frontières afin de leur permettre de retrouver un certain niveau d’activité.

A côté des opérateurs touristiques dans le désarroi, et dont la grogne s’amplifie, se joue un autre drame social, avec notamment tous ces Marocains bloqués à l’étranger, loin de leurs familles, note-t-il.


Commentaire

L’Info en continu
  • Gabon
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 22.04.2022

À la découverte des chutes de Kongou

Situées sur la rivière Ivindo en aval de la ville de Makokou, les chutes de Kongou s’étendent sur près d’un kilomètre de long et comportent…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal du Gabon et recevez gratuitement toute l’actualité

Retour en haut